2010-2011

Ces deux années ont été fortement marquées par la rencontre avec Éric Martin, créateur d'objet. Durant plusieurs semaines, nous avons travaillé à une installation destinée au Vagabond'Arts 2010 de Baulou. La réalisation de cette installation m'a amené à explorer et photographier des espaces intérieurs, des ailes de papillons exotiques provenant des séjours en Afrique de Mr Martin père puis, toujours dans le cadre de cette installation, des images à base de reflets. Ces recherches artistiques vont faire germer deux projets importants :

 

  • Trajectoire corporelle

La performance d’Hubert Lafore, plasticien et assistant metteur en scène et de Nolwenn Letallec, comédienne et performeuse, sur le thème du rapport Prédateur/Proie. Une recherche sur une similitude d’espaces et de mouvements. Deux lieux en devenir, la Maison Souquet de Soueix et le Domaine de Bouichères à Foix ont servi de réceptacle à la réitération de la performance. La séance de prise de vue aurait pu être matière à spectacle. Au final, huit clichés, en superposition, issus de seize photographies.

Le canevas d'origine était fondé sur une proposition assez simple :

  1. La photographie d'un espace, dans une approche architecturale, avec le respect des perspectives et de la géométrie du lieu. Cela dans l'idée de fournir une représentation photographique d'un intérieur de manière la plus réaliste possible.
  2. Dans un second temps, mise à disposition de cet espace photographique à H. Lafore et N. Letallec pour qu'ils y imaginent des déplacements, des trajectoires ou une chorégraphie.
  3. Enfin, confrontation au lieu "réel" et prise de vue de la chorégraphie imaginée

Objectif : visualiser et quantifier les distances qui séparent l'objet, l'image de l'objet et l'intention qui s'élabore sur la base de l'image.

  • Subliminal

À partir d'essais de projection d'un faisceau lumineux sur une surface d'eau troublée, un dispositif que nous avons mis en place avec Éric Martin pour l'installation de Baulou, je développe la technique, l'approfondis et réalise des clichés de moi-même à partir d'aquarium.Je cherche à contrôler au minimum les distorsions résultantes pour avoir accès à une certaine maîtrise de la composition. Ce travail me passionne à deux niveaux :
Ces images sont issu d'une réalité accessible à certaines espèces animales, capable de percevoir une fluidité dans les mouvements bien au delà de nos 24 images/s.
La distorsion et le mélange de la chair avec l'espace qui l'environne parle de la nature universelle de la molécule et de sa cohésion somme toute très fragile et de courte durée. Le règne de la reine Entropie.